Chroniques d’une ouverture annoncée – partie 1.

Nous sommes le 25 janvier 2019, dans la ville de Mantes la Jolie, il est 7h30. Un homme sort de chez lui. Aucun sourire sur le visage, la tête baissée, il se prépare mentalement à rejoindre ses bureaux par les transports.

Sa démarche est souple et alerte, même si l’envie n’y est pas. Son appréhension grimpe au fur et à mesure que ses pas le rapprochent de la gare. Il n’est pas loin, lorsqu’il entend la sonnerie particulière annonçant des désordres sur les lignes. Il croise les doigts machinalement en espérant qu’il ne s’agit pas de la sienne….

Il entre enfin dans la gare et son regard se dirige automatiquement sur les panneaux d’affichage. Sa respiration s’arrête quelques instants … Son train est supprimé pour la 3ème fois de la semaine …

Plusieurs idées lui viennent en tête :

Passer sa colère sur le contrôleur qui se trouve sur le quai en face de lui, pousser un hurlement de rage, éclater de rire, faire demi-tour et travailler de chez lui, seul en subissant les appels des démarcheurs toute la journée …

Tout à coup, une jeune fille lui tape sur l’épaule. Brune, des yeux gris, un joli sourire, elle semblait aller au Lycée. Elle tient à la main des flyers.

« Bonjour Monsieur, je me permets de vous déranger, pour vous annoncer l’ouverture le 6 février du PEG’S COFFICE. C’est un espace de type café bureau réservé aux professionnels qui sont sans bureau fixe ou bien font du télétravail.  Il est situé dans le centre-ville, rue du vieux pilori, dans la cour intérieure. Est-ce que vous seriez intéressé ? »

Elle ajoute sans attendre la réponse

« Vous y entrez, vous vous installez, vous travailler autant de temps que vous le souhaitez. Et vous ne payez qu’au temps passé. Vous avez à disposition des boissons variées, du WIFI très haut débit, une imprimante et une salle pour vous isoler au cas où. Tout ça dans une ambiance cosy et conviviale.

Alors si ça vous intéresse, voici les coordonnées, n’hésitez pas ! »

La jeune fille lui tend le flyer, lui fait un sourire et s’en va vers un autre voyageur sans imaginer qu’elle vient d’égayer sa journée. Il avait enfin trouvé une solution pour alléger son angoisse liée aux transports !

Les jours à problème, il n’avait qu’à faire 10 minutes de marche et il pourrait travailler sereinement. Pas loin de chez lui, il aurait même plus de temps pour profiter de ses enfants.

Il descendit les marches, le cœur plus léger, impatient de voir s’ouvrir le PEG’S COFFICE. Il avait décidé d’attendre gentiment le prochain train en lisant ces informations sur ce nouvel endroit.